Invité à la Fnac

L’attachée de presse était arrivée essoufflée du fond du couloir. J’étais en train de signer les 3OO exemplaires de mon service de presse à propos de mon essai sur José Cabanis, écrivain que j’aimais pour des raisons littéraires bien sûr, mais aussi parce que je l’avais rencontré dans son domaine de Nollet, là, où il était né. Il m’avait confié qu’il mourrait apaisé, dans ce domaine familial tant chéri. Il jubilait, entouré des objets de ses ancêtres : peintures noircies, petits crucifix au brin de buis desséché, pendules vieil or, bergères pelucheuses, trumeaux aux couleurs fanées, armoires avec linges d’enfant. La demeure-château restait un cocon pour   cet homme obsédé de souvenirs. Il m’avait longuement   fait arpenter les longues pièces, à la manière d’un majordome qui parle de ses maitres disparus.

J’avais souvent relu ses récits « Les jeux de la nuit » et cette « Bataille de Toulouse » dans lesquels il analysait sa liaison compliquée avec une   jeune femme brillante, fantasque, énigmatique, cette Gabrielle, qui fut son grand amour. Les désarrois sentimentaux de cet homme solitaire lui avaient permis au moins d’allumer des phosphorescences d’écriture admirables.  

  J’avais été ému aussi lorsqu’il m’avait montré le berceau où il était né et des photos de ses parents, joue contre joue. Ce   détail m’avait frappé et attendri , parce que, de mon côté,  je n’avais connu que des parents qui s’ignoraient. Mon enfance s’était déroulée dans des silences épais   coupés de quelques phrases murmurées sur un ton perfide. Les colères de mon père m’avaient effrayé. il ressemblait à  James Mason. Il avait la même belle chevelure noire, épaisse et ondulée, les mêmes sourcils fournis, les pommettes saillantes mais surtout le même regard sombre, pesant, collant, inquisiteur.

Donc, l’attachée de presse, essoufflée, avec sa petite robe bleue qui lui serrait la poitrine se pencha vers moi et dit :

-Nous l’avons !

-Quoi ?

Je crus un instant qu’il s’agissait enfin de l’invitation tant attendue pour  participer  à    l’émission » La Grande Librairie « sur la 5.    Je n’étais jamais passé à la télévision pour mes quatre précédents ouvrages, ce qui agaçait mon éditeur et finissait par me faire un peu honte.

Mais non, l’attachée de presse, me déçut en m’informant qu’il s’agissait d’une « rencontre-débat  » à la Fnac de Rennes.

-ça va booster les ventes, dit-elle.

 Je montai dans le TGV un mardi pluvieux. Comme j’avais une place coté fenêtre, je vis défiler de hauts nuages blanc neige sur des champs nus, puis dans la somnolence du compartiment moitié vide, je suivais des yeux    les collines du Perche et leurs fermes isolées. Dans un semi enlisement   de  torpeur, je revoyais mes visites à Nollet et puis je me rendis compte que mon père, que je n’avais pas vu depuis vingt-sept ans vivait  en bretagne, à Cesson Sévigné je crois. Mais j’avais toujours fui sa présence depuis plus de vingt ans.

Plus j’approchai de la gare de Rennes, plus le mot « rencontre-débat » me laissait perplexe. A chaque fois que j’avais assisté à ce genre de réunion, il y a avait toujours un emmerdeur au fond de la salle, qui brise le ronron de la soirée en prenant le micro ; j’en avais parlé avec des confrères écrivains et tous m’avaient dit que c’était une loi du genre » L’emmerdeur-au-fond- de-la-salle » était devenu notre expression mascotte et notre scie au cours de nos repas arrosés.    En général c’était un type un peu have, tendu par l’émotion, le micro mal placé devant la bouche, parfois une fiche à la main, s’abandonnant à la sombre extase de reprendre point par point vos déclarations pour les démolir.

Quand j’arrivai en gare de Rennes, je fus accueilli par Bernard, un vieil ami journaliste à Ouest-France, rougeaud, chaleureux, bon vivant, qui avait écrit sur moi avec fidélité et indulgence, et qui m’accabla de « Tu es superbe ! tu es superbe ! ton bouquin est superbe !!Vraiment tu vieillis bien !! ». Mais lui parlait d’une manière bizarre, pâteuse, avec la respiration courte des asthmatiques, ça me fit une mauvaise impression, le Temps nous rongeait.  Tout au long du bref parcours qui séparait la gare du vieil hôtel à colombages   ce sacré Bernard, volubile, se lança dans une description apocalyptique de sa ville ;cette nouvelle Babylone  livrée à la violence chaque samedi soir.

Tandis que je m’attardais dans un bain tiède, le portable  sonna. L’attachée de presse de la Fnac dit qu’on m’attendait déjà et que la petite salle était à moitié remplie.

J’étais en train d’hésiter entre une cravate noire tricotée et une cravate bleu   ardoise quand le téléphone sonna à nouveau. C’était toujours l’attachée de presse de la Fnac qui, d’une voix langoureuse, m’informait qu’un taxi commandé par ses soins devait être arrivé devant la réception..

 » Regardez par la fenêtre !.. ». 

Quand j’arrivais au bas de l’immeuble de la Fnac l’attachée de presse,  était là longue silhouette, chevelure brune abondante, robe  de coton  havane, et hauts talons  vernis . Elle me fit un signe de la main sur le trottoir.   Elle me prit par le  poignet  comme on le fait à un vieil ami. Elle me murmura dans l’escalier : « Vous êtes parfait !!! Celui qui va vous interviewer est un étudiant très brillant. »

Je remarquai un bijou d’argent en forme de lézard piqué sur son sein gauche.

Je pénétrai dans une petite salle baignant dans une lumière spectrale verdâtre. Un public clairsemé, frileux, attendait, serré dans les manteaux et doudounes. Il régnait une odeur de mouillé. Je montai sur la petite estrade -deux chaises pliantes et deux micros orientables. J’étais pris dans le cercle de lumière d’un blanc clinique, et me sentis assez seul comme un varan dans un aquarium.   Je vis surgir des ténèbres d’un couloir un jeune homme en t-shirt, jean et baskets, vêtu d’une parka kaki. Il portait des lunettes de soleil miroir d’un jaune argenté. Il bondit dans le siège tout proche, m’adressa un sourire furtif et se lança   dans une longue analyse de mes précédents livres. Il prononçait les S avec une sorte de sifflement désagréable. Il était si chaleureux pour parler mes essais que je me sentis gêné mais il avait une telle énergie rythmique dans le débit que le public l’écoutait religieusement.  

Pour oublier ce bla-bla commercial, je scrutais le public dans la pénombre et me concentrais sur une petite rousse du premier rang, dans un pull angora rouge vif. Un détail m’attira : elle serrait un pot de miel sur ses genoux.  Je pensais au petit chaperon rouge et j’aurais voulu me lever et monter sur la chaise pour déclarer solennellement à tout le monde que je n’avais rien lu de plus beau que les Contes de Perrault. J’aurais aussi aimé claironner que je m’identifiais toujours au loup déguisé en grand-mère. Pris dans mon songe forestier je faillis rater la première question :

‘ » Que faites-vous aujourd’hui ? »

-Je vis à Rome et y enseigne le français. »

Ensuite, il y eut pas mal de questions   insistantes sur la vie de José Cabanis et surtout sur son passage au STO . Au bout de trois quart d’heures, après qu’on m’eut apporté un verre d’eau minérale, la discussion s’enlisa.   J’étais en train d’essayer de décrire l’époque de l’Epuration et dire que j’approuvais l’attitude modérée de Mauriac, lorsque   mon regard rencontra, au troisième rang, sur la gauche, un visage qui m’était à la familier et étrange :je reconnus petit à petit les pommettes hautes, les sourcils broussailleux, que je connaissais bien, et surtout   sa moue narquoise de mépris, oui, pas de  de doute,  c’était bien mon père.

 Large d’épaule, il était enfoncé dans un manteau poil de chameau démodé. Il portait serré -comme un opéré de la gorge- un foulard de soie impeccable. Il me fixait avec la puissance perforante de son regard. Ses cheveux noirs étaient devenus gris.

Je me sentis pris de vertige, j’eus froid, me sentis mou.  Je laissais en suspens ma phrase à propos de Mauriac. Il y eut un moment de silence puis un flottement   dans la salle. L’étudiant aux lunettes miroir chercha immédiatement son micro qui était à ses pieds et accomplit l’exploit de reprendre au vol mon jugement sur Mauriac en faisant sourire le public à propos de cet écrivain catho qui n’usait pas trop de charité chrétienne dans ses articles. J’avais les membres faibles. Je sentais que mon père me fixait toujours avec défi. Quand je glissai mon regard de son côté je vis qu’il avait sur ses genoux cet affreux chapeau tressé à petits bords, comme en avait porté un ancien nazi traqué dans le film « le chagrin et la pitié ».

L’essence de notre esprit, je m’en rendis compte immédiatement, est l’épouvante. Indestructible.   Arriver à l’âge mûr, ainsi qu’à l’équilibre professionnel, est une illusion qui s’effondrait. Je n’étais plus le professeur respecté de la Villa Médicis, l’époux d’une belle romaine, le père d’une petite fille de trois ans, j’étais redevenu l’enfant terrorisé qui ne savait plus que balbutier dans la terreur quand son père exigeait que je récite la table de multiplication des huit. Il me regarderait ainsi jusqu’à ma mort.  

Je sortis par le côté droit de l’estrade. Il y avait une petite porte avec une barre basculante. Je suivis l’attachée de presse dans un couloir de ciment taggué. Elle me prit une fois de plus par la main et me dit : « Je vous ai fait une belle surprise, hein ! Je savais que votre papa était dans la salle. »

*

José Cabanis

Gabrielle?

 Je veux évidemment attirer l’attention sur Cabanis. Son introspection très fine et si sincère à travers « Les cartes du temps » (1962)  « Jeux de la nuit »(1964) et « La bataille de Toulouse »(prix Renaudot 1966)  mériterait d’être mieux considérée par Gallimard . On a rarement aussi bien dit la délicate balance des sentiments d’un homme qui voit une jeune femme qu’il aime venir le trouver à l’improviste, qui parfois, repart soudain,, car elle fréquente un autre homme, puis revient, part guillerette, enjouée, spontanée, craquante,  avec lui en voyage d’hiver, , en vacances. Le couple parcourt la France de Lyon à Sarlat, d’Auvergne aux Pyrénées. L’épisode Sarlat » est magnifique d’émotion contenue . Gabrielle est un ludion, le couple passe d’auberge en hôtel, de restaurant en chambres à gros édredons, traverse des plateaux couverts de neige, s’attarde dans des salles de restaurant avec des serviette et des nappes à petits carreaux bleus et blancs. Le couple  goute le silence de la campagne .le sentiment géographique, le passage des saisons sont admirablement suggérés.  Mais une distance, des interrogations, une instabilité   grandit entre eux   et couve comme une maladie souterraine et inguérissable..  Ce jeu d’une possession amoureuse impossible à stabiliser, Cabanis le retrace à nu, au vrai, avec de discrets moments  de plaisir physique auquel se mêle, en filigrane, une solitude dissolvante . Il analyse   ses doutes, ses espérances folles, dans des chemins creux de campagne, dans une prairie, en forêt   ou dans les maisons à colombages d’une ville oubliée.  Au fil des heures, un jeu épuisant ,bien sûr,  même si les moments de grâce ne manquent pas. . Oui, on devrait mettre Cabanis en Pléiade.

Extrait

à propos de la femme aimée, Gabrielle:

« Je n’avais aucune illusion à me faire: ma solitude était irrémédiable, depuis que j’avais rencontré Gabrielle, et que tout le reste, peu à peu, s’était effacé derrière elle. Gabrielle n’était à personne, ne se donnait jamais, elle vous côtoyait, et le jeu  n’était pas égal entre nous, mais je ne rendrais plus mes cartes. Singulière histoire que la nôtre, difficile à saisir, à cerner, et qu’il eût été vain de vouloir raconter. «

 « Me voici donc, homme mûr, tel que la vie m’a fait, et ayant réduit mon univers, mes ambitions, mes plaisirs, à cet être qui dort à mes côtés (il s’agit de Gabrielle femme aimée ), si insaisissable, si incertain, si peu sûr, qui ne songeait qu’à ses propres peines, ses propres soucis, et pour qui je tremble sans cesse, et dont il me parait impossible que je puisse jamais me résoudre à l’abandonner. J’étais parti dans la vie avec une curiosité extrême de tout, et un grand désir : écrire, je griffonnais déjà, quand j’avais dix ans. Mais je n’écrivais plus, je n’avais plus ni le gout ni le temps d’écrire, et ma curiosité s’était bien apaisée. Je l’avais épuisée avec Gabrielle, me demandant depuis tant d’années ce qu’elle faisait, où elle était, ce qu’elle allait faire, ce qu’elle pensait, si elle m’avait dit vrai, la guettant, l’attendant, la surveillant, et elle m’avait  fait éprouver tant de sentiments divers, tant d’inquiétude, tant de joie quelque fois, tant de peine souvent,  que j’avais l’impression d’arriver au port, dans cette chambre où nous étions ensemble, où elle dormait, et où personne ne viendrait nous chercher, mais c’était un peu tard,  et j’étais las de sentir, et même de vivre. Gabrielle, sans doute, ne me quitterait plus, elle avait choisi, m’avait-elle dit, mais j’avis trop attendu, j’étais fourbu. Je songeai, soudain que je ne redoutais plus la mort. Elle seule me délivrerait d’une vie que j’avais si parfaitement gâchée(..) Gabrielle n’était à personne, ne se donnait jamais, elle vous côtoyait, et le jeu n’était pas égal entre nous, mais je ne rendrais plus mes cartes. Singulière histoire que la nôtre, difficile à saisir, à cerner, et qu’il eût été vain de vouloir raconter. Gabrielle m’avait fait découvrir la joie de vivre, l’insouciance, et maintenant je me savais lié à elle plus étroitement encore par ce désespoir qui ne la quittait guère. »

« Les jeux de la nuit. »

11 réflexions sur “Invité à la Fnac

  1. Double curiosité eveillée par ce souvenir: José Cabanis bien sur (ma mémoire me trahit et ne me laisse que l’impression d’avoir vu passer ici un article ) et aussi pour cet avatar de James Mason, esprit maléfique emmerdeur sans micro des premiers rangs..

    J’aime

    • Oui, j’ai déjà consacré un article sur Cabanis, le romancier si délicat, fragile, vrai, humble et qui eut des dernières années dans le doute sur la qualité de ce qu’il avait écrit.. car il ne voyait plus ses ouvrages dans les librairies, mais ça nous arrive à tous. Il a subi une relative mort littéraire avant l’autre, plus embêtante. maintenant il a sa médiathèque.

      J’aime

      • Sa fiche Wikipedia est tres alléchante Extrait :A la question Avons nous assez aimé ceux qui nous aimaient José
        Cabanis répond Si le remords n’abolit pas le passé, si la pénitence
        ne vient pas à bout de la névrose, la mélancolie n’est pas moins, en
        nous, le seul sentiment qui pense

        Aimé par 1 personne

  2. Encore un auteur dont je dois la lecture (celle des romans du moins) à Paul Edel …
    Le croisement des époques et des histoires ds La Bataille de Toulouse, l’ingéniosité de l’architecture du roman, la beauté de l’écriture, les résonances qu’il déclenche chez les lecteurs (& les lectrices tout aussi bien — il me semble qu’à une certaine profondeur les sentiments, les émotions n’ont pas de genre), qu’ils habitent ou non la maison de famille… Je m’arrête, de peur de provoquer l’effet inverse de celui que je souhaiterais sur des lecteurs potentiels.

    La régression en présence des parents (& peut-être une gêne aussi à dévoiler ce qui relève de notre jardin secret, de notre domaine réservé, & quand bien même il ne s’agit plus du « journal intime » de l’adolescence, une peur d’être « envahis » & ravagés par la toute-puissance parentale ?), je crois que c’est assez largement partagé, même si les modalités & l’intensité sont susceptibles de fortes variations selon les « styles » & les rôles familiaux.
    Nul n’est prophète en sa famille, auprès des plus proches et/ou des plus aimés (le problème n’est pas seulement « vertical », question de générations, mais « horizontal » aussi)

    « Ce que j’aurais pu moi-même lui raconter de Nathalie, un récit tout autre, elle ne l’aurait pas cru. Je l’avais souvent remarqué : entre l’opinion du premier venu, et la mienne, c’était ce que je disais qui ne comptait pas. […] Si j’entreprenais d’ailleurs un récit un peu long, je sentais presque aussitôt son attention se relâcher […] Tandis que les affabulations de Nathalie, les réflexions et les sentences morales de Joseph, avec quelle flamme Gabrielle me les rapportait, celles du moins qu’elle voulait bien me dire ».

    Aimé par 1 personne

  3. Paul,

    Je viens de lire Fiction chez Passou, je me remets à respirer.😥
    Il vient d’exister une méthode top fin pour apprendre sans souffrir les tables de multiplication. Cela s’appelle multimalin. Je vous mets le lien.

    Nota bene : hyper surprise pck c l’atelier que je vais proposer aux différents toc-toc qui partagent la vie de ma maman (elle me le dit comme cela « ils sont toc-toc », et avec son index, elle tape en pointant sa tempe) ; je vais leur jouer les contes de fées. G choisi Blanche-Neige, Le Petit Chaperon Rouge et Boucle d’Or et les trois ours. Eux devront trouver le titre.
    Y aura des cadeaux, ce sera des bonbons. Pour les gagnants et aussi pour les perdants.

    J’aime

  4. Un fort beau livre, qui est échec, mais aussi, sur la fin, de conscience que le « sublime est en bas », – la formule est d’ Hugo-non dans la « Bataille deToulouse, « roman prétexte, mais dans l’observation du vivant, Gabrielle, mais je soupçonne Cabanis d’être trop grand seigneur pour faire rentrer autrement que par ellipse sa vie sentimentale dans ses romans. L’anti Sand , en quelque sorte. Il reste ces deux romans, l’un projet d’un récit du passé, l’autre narration du présent, constituant une trame romanesque autour de personnages qui, sauf Gabrielle,ne sont jamais vus directement par le Narrateur.( Joseph, Nathalie). D’où une ambiance étrange, mi Barbey mi Gracq dns l la peinture de cet amour qui ne peut qu’échouer. Beau livre.

    Aimé par 1 personne

  5. Ah, je n’avais pas vu l’ajout.
    Si la Pléiade s’honorait d’accueillir enfin J. Cabanis, devrait aussi figurer dans le volume des œuvres romanesques, outre la trilogie autour de Gabrielle, Le Bonheur du jour, centré sur l’oncle Octave (qui, à certains égards, représente un peu le Swann du narrateur).
    Son incipit est assez connu : « Je serais un autre, si je n’avais pas tant aimé la Comtesse de Ségur. »
    Octave, poète passionné mais raté :
    « Je suis le seul être au monde qui voit encore en rêve l’oncle Octave. S’il avait su que […] je lirais tout [ce qu’il avait écrit], il aurait pu se dire qu’il ne disparaissait pas tout entier, aussi longtemps que ma vie prolongerait la sienne. Je ne crois pas qu’il en eût été moins triste, cette survie dérisoire n’étant pas celle qu’attend un poète. »
    « Le visage défait, l’œil douloureux, ne dormant plus, le feu dans la poitrine, et la mort l’attendant embusquée à chaque levée du jour, qu’il relisait Proust et me disait :
    — Au point où j’en suis, il n’y a plus que cela qui tient.
    Je lui ferais grâce de tout pour ce mot. Proust, Baudelaire, Pascal, tout ce que j’aime il l’aimait. »
    « Un effort de toute une vie, […] cet amour des beaux vers qui le faisait changer de visage dès qu’il en parlait, et ce tas de papiers à portée de ma main : rien. Les inspirations nobles, […] les grands désespoirs, la perfection même de la prosodie, cela ne suffit pas. L’oncle Octave croyait mettre l’infini dans ses vers en les parsemant de points de suspension, et n’y mettait ainsi que le vague et le creux. Il achevait ses strophes par un point d’exclamation pathétique : il ignorait que le point d’exclamation vieillit mal. […] On peut faire encore de fort belles choses avec ces thèmes rebattus [le printemps, l’amour trahi], mais il en faut user comme personne. Ce qui a manqué aux vers de l’oncle Octave et qu’il n’a jamais découvert malgré une vie de recherche et de désespoirs : la petite musique, jamais entendue jusque-là ».

    Octave mal marié (même déception du côté de sa femme, double gâchis :
    « Je remarquai que tante Agnès et l’oncle Octave n’avaient jamais devant nous une conversation suivie : s’ils s’adressaient l’un à l’autre, c’était pour une réplique, un démenti, toujours brefs […] Si l’un des deux parlait, racontait un souvenir, émettait une opinion, l’autre savait d’un mot l’interrompre et le réduire au silence, soudain comme honteux. Alors, même pour un enfant comme moi, l’air semblait pesant. »
    « [Ils] sont partis l’un et l’autre pour leur éternité, emportant le secret de ces premiers temps de leur mariage où leur vie s’est décidée, et où le malentendu entre eux se fit aussitôt irrémédiable. Mais voici que je rassemble comme à tâtons les éléments épars de ce secret. »

    Et cette observation, entre manifeste, plaidoyer pro domo et regret :
    « Chaque vie humaine aurait mérité qu’on s’y arrête, et de demeurer. La plus humble a sa grandeur, et pas une ne ressemblait à aucune autre. Ainsi dans un paysage devant lequel on passe vite et en regardant à peine, chaque détail, chaque couleur, la moindre touffe d’herbe, mériterait d’être vue avec amour, et immortalisée. Les peintres le savent bien. Mais presque toujours le peintre manque, et tout fuit.  »

    (Je crois l’avoir déjà citée, probablement avec déjà cette illustration… c’est que je les aime l’une et l’autre.)

    Aimé par 1 personne

  6. Cela dit, je ne regrette pas sa mue en biographe. C’est fin, bien informé, et très utile en meme temps que déchiffrant des sujets peu connus( une exception, le CharlesX, pas la meilleure!) Mais qui s’est intéressé au Diable à la NRF, ou mieux, aux collections espagnoles des Orleans ? MC

    Aimé par 1 personne

  7. Oui, ces gens qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas.
    Oui, le regard du père – Gorgone qui pétrifie et nous fait redevenir « fille de » et non « soi / compagne de / maman de ». Je est nous, hein.
    Oui, les tables de multiplication (ma petite fille commence à en comprendre le principe et les raccourcis quand elle se met en tête de vider sa tirelire et de compter ses pièces)

    « Si le remords n’abolit pas le passé, si la pénitence
    ne vient pas à bout de la névrose, la mélancolie n’est pas moins, en
    nous, le seul sentiment qui pense »
    réflexion récente de ma fille sur la mélancolie : « je suis une enfant. Vous les parents, ça se voit que vous êtes plus âgés. Vous avez plus de mélancolie dans votre tête et votre corps … »

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s